Archives pour la catégorie Lectures

14 novembre 2018

atelier du 16 mars journal

Aujourd’hui, la séance s’est axée autour de « La Journée Mondiale du Diabète » organisée, ce jour, partout dans le monde.

Zoom sur « La Journée Mondiale du diabète » :

C’est quoi le diabète ?

Le diabète est une maladie chronique provoquée par un trouble du métabolisme des glucides et  caractérisée par un taux anormalement élevé de sucre dans le sang en permanence. Selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) Cette pathologie concerne plus de 422 millions de personnes dans le monde, et plus de 3,3 millions de personnes sont traitées pour un diabète en France.

Dans le monde, 1 personne sur 2 est atteinte de diabète sans le savoir.

On dit d’une personne qu’elle est diabétique lorsque son taux de sucre dans le sang est : À deux reprises  ≥  1,26 g/L à jeun, Ou  ≥ 2 g/L à n’importe quel moment de la journée,  et qu’il est associé à des symptômes : par exemple : soif importante, envie fréquente d’uriner, amaigrissement, Ou encore, ≥  2g/L 2 heures après ingestion de 75g de glucose.

Il existe trois types de diabète :

Le diabète de type 1 :

Le diabète de type 1 est une maladie auto-immune, le pancréas devient incapable de produire une quantité d’insuline suffisante pour réguler le taux de glucose dans le sang.

Ce type de diabète, anciennement appelé « diabète insulino-dépendant (DID) » ou « diabète juvénile » se développe le plus souvent pendant l’enfance ou l’adolescence, mais peut aussi survenir chez l’adulte. Ce diabète peut être héréditaire.

QU’EST-CE QUE CELA SIGNIFIE ?

Les cellules du pancréas, qui fabriquent l’insuline, sont détruites par le système de défense de l’organisme (le système immunitaire). Le pancréas, ayant perdu ses cellules, ne peut plus produire d’insuline.

Normalement, après un repas, quand le taux de sucre (glucose) dans le sang augmente, le corps sécrète de l’insuline. Grâce à cette insuline, le sucre présent dans le sang peut pénétrer à l’intérieur des cellules, pour être stocké et fournir de l’énergie. Ainsi, le taux de sucre dans le sang baisse. Si au contraire, le corps ne secrète pas assez d’insuline, le taux de sucre dans le sang reste trop élevé.

Le diabète de type 2 :

C’est la forme la plus fréquente parmi les différents types de diabète. Il se caractérise par un diagnostic plus tardif que dans le diabète de type 1. En France, il concerne environ 90% de la population diabétique soit plus de 3,3 millions de personnes traitées pour un diabète en France.

Le diabète de type 2 est aussi appelé « diabète gras » car il survient à l’âge adulte et chez des personnes en surpoids ou obèses.

Il existe deux types d’anomalies pour ce type de diabète :

L’insulinorésistance : il s’agit d’une anomalie des effets de l’insuline sur ses tissus cibles tels que le foie et le muscle, ce qui entraîne une résistance de l’organisme à l’action de l’insuline.

Le pancréas continue de fabriquer de l’insuline mais cette dernière est mal utilisée par l’organisme, ce qui ne permet pas au sucre (glucose) d’être bien absorbé par les cellules. On dit alors de la personne diabétique de type 2 qu’elle est « résistante à l’insuline ».

L’insulinopénie : anomalie de la sécrétion d’insuline par le pancréas, qui peu à peu s’épuise et n’est plus capable de produire une quantité suffisante d’insuline.

Quels sont les principaux facteurs qui favorisent l’apparition de ce type de diabète ?

– L’obésité, notamment abdominale

– L’hérédité

– La sédentarité

– L’âge

– Les habitudes alimentaires

– Les antécédents de diabète gestationnel

Et enfin, le diabète gestationnel :  

Le diabète gestationnel est défini comme un trouble de la tolérance au sucre conduisant à une hyperglycémie, qui est découverte pour la première fois pendant la grossesse. Après l’accouchement, la glycémie peut redevenir normale ou le diabète peut persister.

Ce diabète peut également récidiver à chaque grossesse ou même en dehors de toute grossesse. C’est pour cette raison que la glycémie doit être contrôlée 3 mois après l’accouchement, puis annuellement et à chaque nouvelle grossesse. Ce diabète concerne moins d’une femme sur 10.
Pourquoi cette journée ?

Information, prévention, prise en charge et accompagnement des patients sont des aspects essentiels pour faire reculer cette maladie.
Professionnels de santé et grand public doivent prendre conscience de l’importance de la prévention pour identifier les risques au plus tôt, pour les prévenir et les maîtriser.

La Journée Mondiale du Diabète, organisée par la Fédération Internationale du Diabète (FID) et soutenue par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), est la plus importante campagne mondiale de sensibilisation au diabète. Elle a été lancée en 1991 comme symbole d’une mobilisation collective. Son objectif : mieux faire connaître le diabète, sa prise en charge et surtout les moyens de le prévenir.

Les participants et les actions menées ?

La Journée Mondiale du Diabète est célébrée dans le monde entier par les 190 associations membres de la Fédération Internationale du Diabète (FID) dans 150 pays, ainsi que par d’autres associations, des prestataires de soins de santé, et des personnes avec un intérêt pour le diabète. Les associations membres de la FID organisent un grand nombre d’activités qui sont ciblées vers une variété de groupes, telles que : Emissions de radio et de télévision, Manifestations sportives, Tests de dépistage gratuits, Réunions d’information du public, Campagnes d’affichage (posters et dépliants), Ateliers et expositions sur le diabète, etc…

Ce sont des temps d’échange conviviaux et de sensibilisation à la prévention, pour mieux vivre, mieux manger, bouger plus !

07 février 2018

 

atelier du 16 mars journal

 

Aujourd’hui, la séance s’est orientée sur les dangers d’une utilisation trop importante des appareils connectés sur les enfants.

Dans la rue, le bus et même en mangeant, tout le monde a le nez collé à son téléphone, pour jouer, lire ses mails ou regarder des vidéos. Tablettes et smartphones nous proposent toujours plus d’applications et de possibilités techniques pour nous distraire. Mais, quel est l’impact, sur les enfants, de faire autant d’écrans ?

Les recherches scientifiques prouvent que passer trop de temps devant des écrans peut avoir des effets néfastes sur les enfants. Certes, les médias numériques leurs offrent de nombreux avantages comme les applications d’apprentissage, les films en différentes langues pour apprendre la langue souhaitée, les jeux qui font travailler la mémoire et les capacités cognitives etc. Mais tous ces avantages peuvent nuire à la santé mentale des enfants.

La transition numérique a rendu commune, pour tous les âges, l’utilisation d’appareils numériques. Cependant une utilisation excessive peut représenter un danger pour le cerveau de l’enfant qui n’est pas complètement formé et le rendre donc vulnérable aux effets secondaires possibles.

Selon une étude canadienne, avant 2 ans, un enfant ne devrait pas être exposé aux appareils numériques, de 2 à 4 ans, une heure seulement est autorisée et après 4 ans, pas plus de deux heures par jour. Aujourd’hui, les enfants passent le double voire le triple de ce temps recommandé devant les écrans de ces appareils : les enfants entre 8 et 18 ans passent en moyenne plus de 7 heures par jour devant des médias numériques. Plusieurs psychologues et scientifiques pensent que passer beaucoup de temps devant un écran provoque de réels changements au niveau du cerveau. Mais le problème est encore plus important et grave quand il s’agit de jeunes enfants. En effet, leur cerveau est encore en développement et ils risquent d’avoir du mal à différencier le monde  réel et le monde virtuel.

L’irréel remplace le réel ! Passer trop de temps sur les appareils numériques ralentit le développement des capacités cognitives des enfants. C’est d’ailleurs pour cette raison que les jeunes enfants ont des capacités de concentration très limitées et beaucoup de difficultés à réaliser des tâches.

De plus, les enfants passant des heures devant leurs appareils sont détachés du monde réel qui les entoure, ce qui les empêche de faire d’autres activités comme une activité physique, sensorielle, motrice, éducative etc. En plus d’affecter leur durée de concentration, cela peut engendrer également, des troubles cognitifs (mémoire, attention, perception, résolution des tâches..) et des troubles alimentaires (obésité infantile…).

Ainsi les parents et les enseignants doivent rester vigilants quand ils éduquent ou divertissent les enfants grâce à ces appareils, surtout les plus jeunes.

29 novembre 2017

20171129_154751

 

Aujourd’hui, les jeunes de la médiathèque des Bleuets ont participé au dernier atelier Makey Makey proposé dans le cadre de l’animation « Bienvenue en 2030 ».

Ils ont pu, aujourd’hui, jouer du piano et du tam-tam avec une banane et des clémentines qui étaient connectées à l’ordinateur… Pour en savoir plus sur le Makey Makey, reportez vous à notre publication du 20 septembre 2017.

20171129_15434220171129_151839_120171129_152854_120171129_153831

08 novembre 2017

atelier du 16 mars journal

La séance d’aujourd’hui s’est axée sur la 23e conférence sur le climatla COP23, qui se déroule du 6 au 17 novembre 2017 en Allemagne.

Zoom sur la COP 23 :

Du 6 au 17 novembre, les Nations unies organisent à Bonn leur 23e conférence sur le climat, la COP23. L’occasion, pour la communauté internationale, de faire le point sur l’accord de Paris, conclu le 12 décembre 2015, et de rappeler l’urgence à agir pour contenir le réchauffement de la planète. Cette conférence regroupe près de 19 000 participants qui représentent 169 pays membres de la Convention-cadre sur le climat.

Lors de la COP21, en décembre 2015 à Paris, Les Etats se sont engagés à limiter le réchauffement mondial « nettement en dessous de 2 °C par rapport aux niveaux préindustriels… en poursuivant l’action menée pour limiter l’élévation des températures à 1,5 °C ». Au-delà de cette limite, les rendements agricoles, donc la sécurité alimentaire, pourraient être compromis, et la hausse du niveau de la mer menacera une partie du littoral. Aujourd’hui, la hausse des températures atteint 0,85 °C. Sans aucune politique climatique, les experts s’attendent à un réchauffement pouvant atteindre jusqu’à 4,8 °C à la fin du siècle.

Ainsi, d’ici à 2030, 30 % de réduction des émissions annuelles mondiales de gaz à effet de serre  est nécessaire pour espérer contenir le réchauffement planétaire sous le seuil de 2 °C par rapport à l’époque préindustrielle, conformément à l’accord de Paris scellé en 2015, lors de la COP21.

De plus, si le rythme actuel des émissions de gaz à effet de serre se poursuit c’est 30 % de la biodiversité qui pourrait être perdue d’ici à la fin du siècle Autrement dit, le réchauffement climatique priverait un tiers des espèces vivantes d’un environnement adapté à leur survie. Les espèces terrestres les plus mobiles (poissons, insectes, oiseaux, etc.) ont déjà déplacé leur aire de vie de plusieurs centaines de kilomètres vers le nord.

Enfin, 400 millions de personnes  vivent à moins de 1 mètre au-dessus du niveau des mers. Leur habitat aura donc disparu sous les eaux si le rythme actuel du réchauffement se poursuit. Cette situation inquiète particulièrement les petits Etats insulaires, mais la menace vaut aussi pour d’autres régions du monde : plus de la moitié des 20 plus grandes villes de la planète sont portuaires, principalement en Asie, mais aussi en Amérique du Nord.

La COP 23 permettra, également, de faire le point sur une promesse de 100 milliards de dollars qui avait été faite lors de la conférence de Copenhague en 2009 par  les pays riches qui ont pris l’engagement de mobiliser chaque année, d’ici à 2020, des fonds publics et privés afin de permettre aux pays les plus vulnérables de faire face au réchauffement.

 

27 septembre 2017

20170927_151627

 

Aujourd’hui, un atelier-jeu autour des sucres cachés dans l’alimentation animé par Dorra Belaid, chargée de prévention à la Ligue contre le cancer 94, était proposé à la médiathèque.

La plupart des aliments contiennent du sucre et une forte consommation de celui-ci est très mauvais pour la santé car elle peut entrainer certaines maladies comme le diabéte ou encore une prise de poids et des caries.

Ainsi, les jeunes se sont prêtés au jeu et ont tenté de découvrir combien de morceaux de sucre se cachaient dans certains aliments.

Savez-vous combien de sucres sont cachés dans un croissant ? 4 morceaux de sucre, et dans une pizza ? 6 morceaux de sucre ou encore le burger bacon ? 2 morceaux de sucre et 7 cuillères à café d’huile….

Alors comment bien manger ?

Dorra a présenté les différentes familles des aliments en rappelant qu’il fallait manger 5 portions de fruits et légumes par jour.

20170927_153317

Elle a présenté également 2 plaquettes expliquant comment composer son petit déjeuner et son goûter  que vous pouvez retrouver sur le site internet de la Ligue contre le cancer 94 :

20170927_170403 20170927_170431

14 juin 2017

20170614_152155

 

La séance d’aujourd’hui était un peu particulière. Les bibliothécaires ont lu des histoires pour les plus petits et les plus grands qui ont répondu à des devinettes. Pour clôturer l’année scolaire, un buffet festif a été organisé.

20170614_151321                                      IMG_7004IMG_6985IMG_6989

Toute l’équipe de la médiathèque des Bleuets vous souhaite un très bel été !

A la rentrée pour de nouvelles découvertes !!!

31 mai 2017

 

 

atelier du 16 mars journalAujourd’hui, la séance s’est axée autour de l’expédition « Under The Pole III », un tour du monde en bateau de trois ans  afin d’étudier l’océan, mené par deux explorateurs français  Ghislain Bardout et Emmanuelle Périé-Bardout et du Tournoi de Roland-Garros qui a débuté le 22 mai et se clôturera le dimanche 11 juin.

L’expédition « Under The Pole III » qu’est-ce que c’est ?

Ghislain Bardout  est un ingénieur et un  spécialiste de la plongée profonde.  Emmanuelle Périé-Bardout est quant à elle, une skippeuse  et une spécialiste des régions polaires.

Les deux explorateurs se sont rencontrés il y a 12 ans et c’est  en 2010 qu’ils ont lancé l’expédition « Under the Pole ».

Ainsi, ils sont partis la semaine dernière à la découverte du monde marin à bord de leur propre bateau, La goélette Why, dont ils ont fait l’acquisition en 2014 en hypothéquant leur maison. Ils ont mis les voiles au départ de Concarneau, en Bretagne, avec comme premier objectif de rejoindre l’Arctique. La goélette se rendra d’abord au Groenland puis en Alaska avant de se poser 15 mois dans le Pacifique pour repartir en Antarctique puis terminer par l’Atlantique.

Au total, ils vont parcourir près de 80 000 kilomètres et traverser tous les océans.  Pour mener à bien leur mission les deux explorateurs sont accompagnés d’une équipe de scientifiques et de plongeurs. Mais aussi de leurs 2 enfants, Robin, 5 ans, et Tom, 1 an.

Une longue mission qui mêlera observation, prise d’images scientifiques sous différents points de vue, du comptage, de l’échantillonnage (cryogénisé puis envoyé en laboratoire). Un travail qui porte sur les domaines scientifique, documentaire (réalisation de photos et films de haute qualité), pédagogique (partenariat avec l’Éducation nationale), recherches et développement.

Zoom sur le Tournoi de Roland-Garros

Les Internationaux de France, ou Tournoi de Roland-Garros, ou plus simplement Roland-Garros, est un tournoi de tennis sur terre battue créé en 1925 et qui se tient annuellement depuis 1928 à Paris, dans le stade Roland-Garros. Il succède au Championnat de France créé en 1891. Organisé par la Fédération française de tennis (FFT), il se déroule sur la dernière semaine de mai et la première semaine de juin. Il est l’un des quatre tournois du Grand Chelem, le deuxième dans le calendrier après l’Open d’Australie en janvier. Suivent le tournoi de Wimbledon, dernière semaine de juin et première semaine de juillet, puis l’US Open en août.

Les Internationaux de France de tennis sont le plus grand tournoi de la saison de tennis sur terre battue et le dernier tournoi du Grand Chelem se disputant sur cette surface, depuis que l’US Open l’a abandonnée en 1978. Il est considéré comme le second plus prestigieux tournoi de tennis du monde après le tournoi de Wimbledon bien qu’il soit l’événement tennistique bénéficiant de la plus large audience et couverture médiatique à travers la planète. De plus, de nombreux joueurs issus de régions du globe où le tennis se joue majoritairement sur terre battue, telles l’Amérique latine ou l’Europe du sud, voient en Roland-Garros le plus important rendez-vous de l’année. Du fait de la surface lente et des matchs en cinq sets sans jeu décisif dans la dernière manche, les internationaux de France sont généralement considérés comme étant le tournoi de tennis le plus difficile au monde.

Les dates à retenir :

Du dimanche 28 mai au mardi 30 mai : Premier tour des tableaux masculin et féminin,

Du mercredi 31 au jeudi 1er juin : Deuxième tour des tableaux masculin et féminin,

Les 2 et 3 juin : Troisième tour des tableaux masculin et féminin,

Le dimanche 4 juin et le lundi 5 juin, se dérouleront  les huitièmes de finale,

Le mardi 6 et le mercredi 7 juin, se dérouleront les quarts de finales,

Le jeudi 8 juin, se dérouleront  les demi-finales dames,

Le vendredi  9 juin, se dérouleront les demi-finales messieurs,

Le samedi 10 juin, marquera la finale Dames,

Et enfin, le dimanche 11 juin, la finale des Messieurs clôturera le tournoi.

01 mars 2017

 

4025

La séance d’aujourd’hui s’est axée autour d’un événement à venir :  La Journée internationale des femmes, célébrée chaque année partout dans le monde le 8 mars. Une occasion de faire découvrir des femmes qui ont marqué l’histoire et notamment Rosa Parks avec la présentation du livre d’Eric Simard : La femme noire qui refusa de se soumettre : Rosa Parks, illustré par Carole Gourrat, aux éditions Oskar Jeunesse.

-La Journée internationale des femmes, c’est quoi?

L’origine de cette journée s’ancre dans les luttes ouvrières et les nombreuses manifestations de femmes réclamant le droit de vote, de meilleures conditions de travail et l’égalité entre les hommes et les femmes, qui agitèrent l’Europe, au début du XXe siècle.

La création d’une Journée internationale des femmes est proposée pour la première fois en 1910, lors de la conférence internationale des femmes socialistes, par Clara Zetkin.

La date n’est tout d’abord pas fixée, et ce n’est qu’à partir de 1917, avec la grève des ouvrières de Saint-Pétersbourg, que la tradition du 8 mars se met en place. Après 1945, la Journée internationale des femmes devient une tradition dans le monde entier.

Cette journée est reconnue officiellement par les Nations Unies en 1977, puis en France en 1982.

Traditionnellement les groupes et associations de militantes préparent des manifestations, pour fêter les victoires et les acquis, faire entendre leurs revendications, afin d’améliorer la situation des femmes de part le monde.

La Journée des femmes reste aujourd’hui d’une brûlante actualité. Car l’égalité entre les hommes et les femmes n’ est toujours pas atteinte.

Des femmes qui ont marqué l’histoire:

Voici quelques femmes qui ont marqué l’histoire,  qu’elles soient : scientifique, comédienne, écrivaine, aventurière, ministre, écolière ou encore espionne, toutes ces femmes ont un point commun : elles se sont battues pour avoir les mêmes droits que les hommes et obtenir les mêmes libertés. Pour cela, elles ont bousculé les mentalités et pris de sacrés risques ! Elles ont vécu à des époques très différentes et s’appellent :

Olympe de Gouges, une écrivaine.

Louise Michel, une institutrice.

Louise de Bettignies, une espionne.

Lucie Aubrac, une professeure et résistante.

Julie-Victoire Daubié, la première bachelière.

Claudie Haigneré, une spationaute.

Malala Yousafzai, une écolière.

George Sand, une écrivaine.

Alexandra David-Néel, une exploratrice.

Simone Veil, une femme politique.

Marie Curie, une scientifique.

Nicole Abar, une sportive.

Rosa Parks, une militante contre le racisme.

-Zoom sur Rosa Parks à partir du livre d’Eric Simard:

Rosa Parks  est née le 4 février 1913, à Tuskegee, en Alabama, aux États-Unis. Son père était charpentier et sa mère institutrice. Ses parents se séparent alors qu’elle est  encore très jeune. Durant son enfance, elle fait l’expérience du racisme. À son époque, les Blancs et les Noirs n’ont pas les mêmes droits. En tant que Noire, elle était  très souvent victime de discrimination.

Sa famille s’est toujours battue pour l’égalité entre les individus et contre le racisme.

Grâce à sa mère, elle a eu la chance d’apprendre à lire et a pu faire des études.

À 19 ans, elle épouse Raymond Parks. Il est membre de la NAACP, une association qui lutte pour les droits des Noirs. Très vite, elle s’implique également dans cette association. Elle se bats pour la reconnaissance de l’égalité des droits entre les Noirs et les Blancs, pour qu’il n’y ait plus de différences entre les « races ».

A son époque, la ségrégation raciale se vivait au quotidien. Par exemple, les bus étaient divisés en deux, avec une ligne de démarcation au milieu. Les sièges à l’avant du bus étaient réservés aux Blancs. Les sièges à l’arrière étaient réservés aux Noirs et il était formellement interdit pour les Noirs de s’ asseoir sur les sièges réservés aux Blancs.

Le 1er décembre 1955, Rosa Parks s’est assise sur un siège à l’avant du bus, dans la ville de Montgomery. Le conducteur lui a demandé de céder sa place à un Blanc qui n’avait plus de place pour s’asseoir. Elle a refusé. En agissant de cette manière, elle violait la loi de la ville. Elle a été arrêtée et condamnée à payer une amende de 15 dollars.

Son arrestation provoque une grande vague de protestation. Un jeune pasteur de la ville, Martin Luther King, organise un mouvement de boycott des bus. Ce mouvement va prendre beaucoup d’ampleur. Pendant 380 jours, les Noirs vont refuser de prendre le bus.

Au final, son geste aura de nombreuses conséquences.

En 1956, la Cour suprême des Etats-Unis déclare que la ségrégation raciale ne respecte pas la loi américaine. C’est une grande victoire. Les Noirs ont enfin les mêmes droits que les Blancs. Il n’y a plus de différences.

Rosa Parks devient le symbole de la lutte pour l’égalité et la justice. On lui donne le surnom de « mère du Mouvement des droits civiques ».

Après ces événements, elle a perdu son travail et elle est  partie travailler comme couturière à Detroit, avant de devenir la secrétaire d’un député.

Elle meurt  le 24 octobre 2005.

Son action a été reconnue par tous. Elle été décorée de la médaille de la liberté par Bill Clinton, qui était président des États-Unis. Et elle à même reçu un hommage public après sa mort. Ce fut la première femme aux États-Unis à recevoir cet honneur.

 

01Février 2017

20170201_153119

Dans les journaux télévisés on entend souvent parler des migrations. Afin de mieux comprendre ce phénomène, une présentation du livre « Planète Migrants » de Sophie Lamoureux et Amélie Fontaine chez Actes Sud Junior a été proposée aux jeunes du blog.

Il s’agit un documentaire clair et précis qui propose un rappel historique de ce phénomène et détaille d’une manière habile les questions et les enjeux actuels auxquels les pays développés doivent répondre.

Voici les grandes questions qui ont été abordées :

C’est quoi un migrant ? c’est quelqu’un qui se deplace soit à l’interieur de son pays (migrant interne) soit d’un pays à l’autre (migrant internationnal).

Et la migration ? cela désigne un deplacement de la population.

Combien y-a-t-til de migrants dans le monde ? 232 millions. C’est un humain sur 30 qui a quitté son pays de naissance.

Depuis la fin du XXe siècle, les migrations ont explosé et c’est un phénomène qui s’accelere depuis 2011 avec ce que l’on appelle « la crise des refugiés ». Toutes les régions du monde sont concernées.

Une fois les définitions données et le côté historique abordé les jeunes, grâce à la lecture du livre, ont pu comprendre pourquoi un tel phénomène existait.