08 novembre 2017

atelier du 16 mars journal

La séance d’aujourd’hui s’est axée sur la 23e conférence sur le climatla COP23, qui se déroule du 6 au 17 novembre 2017 en Allemagne.

Zoom sur la COP 23 :

Du 6 au 17 novembre, les Nations unies organisent à Bonn leur 23e conférence sur le climat, la COP23. L’occasion, pour la communauté internationale, de faire le point sur l’accord de Paris, conclu le 12 décembre 2015, et de rappeler l’urgence à agir pour contenir le réchauffement de la planète. Cette conférence regroupe près de 19 000 participants qui représentent 169 pays membres de la Convention-cadre sur le climat.

Lors de la COP21, en décembre 2015 à Paris, Les Etats se sont engagés à limiter le réchauffement mondial « nettement en dessous de 2 °C par rapport aux niveaux préindustriels… en poursuivant l’action menée pour limiter l’élévation des températures à 1,5 °C ». Au-delà de cette limite, les rendements agricoles, donc la sécurité alimentaire, pourraient être compromis, et la hausse du niveau de la mer menacera une partie du littoral. Aujourd’hui, la hausse des températures atteint 0,85 °C. Sans aucune politique climatique, les experts s’attendent à un réchauffement pouvant atteindre jusqu’à 4,8 °C à la fin du siècle.

Ainsi, d’ici à 2030, 30 % de réduction des émissions annuelles mondiales de gaz à effet de serre  est nécessaire pour espérer contenir le réchauffement planétaire sous le seuil de 2 °C par rapport à l’époque préindustrielle, conformément à l’accord de Paris scellé en 2015, lors de la COP21.

De plus, si le rythme actuel des émissions de gaz à effet de serre se poursuit c’est 30 % de la biodiversité qui pourrait être perdue d’ici à la fin du siècle Autrement dit, le réchauffement climatique priverait un tiers des espèces vivantes d’un environnement adapté à leur survie. Les espèces terrestres les plus mobiles (poissons, insectes, oiseaux, etc.) ont déjà déplacé leur aire de vie de plusieurs centaines de kilomètres vers le nord.

Enfin, 400 millions de personnes  vivent à moins de 1 mètre au-dessus du niveau des mers. Leur habitat aura donc disparu sous les eaux si le rythme actuel du réchauffement se poursuit. Cette situation inquiète particulièrement les petits Etats insulaires, mais la menace vaut aussi pour d’autres régions du monde : plus de la moitié des 20 plus grandes villes de la planète sont portuaires, principalement en Asie, mais aussi en Amérique du Nord.

La COP 23 permettra, également, de faire le point sur une promesse de 100 milliards de dollars qui avait été faite lors de la conférence de Copenhague en 2009 par  les pays riches qui ont pris l’engagement de mobiliser chaque année, d’ici à 2020, des fonds publics et privés afin de permettre aux pays les plus vulnérables de faire face au réchauffement.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *